©2019 by Paysage sonore. Proudly created with Wix.com

Performances . Interventions

avec

l'association Le Pince Oreille
Maison des associations
1, Place des Orphelins
67000 Strasbourg

 

L’association Le Pince Oreille est un hybride entre collectif de création, groupe de recherche et structure d’animation populaire, consacré à la recherche et à l’action sur l’environnement sonore quotidien, à travers des démarches participatives, artistiques et culturelles. Il a pour objet la sensibilisation à l’environnement sonore, et dans ce cadre, organise ateliers, manifestations et performances liés à l’apprentissage de l’écoute, de l’expérimentation et de la création sonore.

Souvenirs sonores de la Felsekaeth

INSTALLATION-PERFORMANCE


Samedi 5 juillet 2014 de 19h à 23h
Maisons des Rochers (Graufthal, 67)
Pour les 20 ans des Amuses-Musées du PNR des Vosges du Nord

Les musiciens-chercheurs du Pince Oreille ont retrouvé, lors de leur première visite au musée des Maisons des rochers, caché dans une niche dans la roche, le journal sonore de la Felsekaeth. Plus de 30 années de souvenirs sonores de la dernière habitante des maisons troglodytiques de Graufthal y sont inscrits, et quelle richesse !
À travers des installations électro-acoustiques et des interventions musicales « live » dans et aux alentours des trois maisons troglodytiques de Graufthal, le Pince Oreille propose de plonger le public dans les souvenirs auditifs de la dernière habitante des Maisons des rochers. Par le récit et des performances sonores, ils raconteront le quotidien de la Felsekaeth, de son plus jeune âge à sa vie d’adulte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Strasbourg sonore

CARTOGRAHIE SONORE PARTICIPATIVE

Lancement du projet le samedi 20 octobre 2012 à 17h00 

Salle de conférences de la médiathèque Malraux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Pince Oreille propose aux habitants de Strasbourg de créer ensemble une carte sonore du centre-ville, alternative sociale et artistique à l’approche acoustique et technique de la cartographie du bruit en ville, ceci afin de mieux prendre en compte les relations sensibles qu’ils tissent avec leur territoire de vie. Une rencontre aura lieu à la médiathèque André Malraux pour présenter aux personnes intéressées le projet et les différentes méthodes de « récit sonore » qui leur seront proposées pour nourrir cette carte :

  • Cartophonie ou le récit d’une expérience sonore : des cartes postales déjà distribuées dans le cadre de la Semaine du Son 2011 seront distribuées au public lors de ce premier contact, cartes sur lesquelles les participants pourront écrire une expérience sonore vécue dans le centre-ville de Strasbourg, un lieu particulièrement aimé pour ses sonorités, un élément sonore représentatif de la capitale alsacienne.

  • Lieux sonores ou le suivi de l’environnement sonore d’un lieu déterminé à travers le temps. Les fiches « lieux sonores » consistent pour le participant à procéder à des enregistrements dans un même lieu et depuis un même point d’écoute, à différents moments de la journée, de la semaine et de la saison, et à décrire l’évolution de son environnement sonore. Des photos peuvent également être prises pour compléter les enregistrements.

  • Et journal sonore ou le carnet de voyage du promeneur dans le centre-ville de Strasbourg. Le journal sonore consiste pour le participant à tenir pendant un mois environ (ou plus s’il le souhaite) une sorte de carnet de voyage sonore, dans lequel il doit raconter ses expériences sonores au contact de ses cheminements et pratiques quotidiens. Pour cela, il bénéficie de plusieurs moyens d’expression : écriture, dessin, enregistrement audio, photos, etc.

Le projet global de cartographie participative « Strasbourg sonore » revêt deux types d’actions :

  • Le projet à long terme de formalisation d’une cartographie interactive et dynamique (pouvant servir d’outil de communication touristique ou d’outil d’aide à la décision pour l’aménagement urbain).

  • Des événements ponctuels (ludiques, d’échange ou des restitution de l’avancement du projet) qui permettent de sensibiliser le public à la qualité de l’environnement sonore, de nourrir le projet de cartographie, de le rendre durable et d’attirer de nouveaux participants (exemple : les écoutes nocturnes en marche dans le cadre des Journées de l’Architecture 2012).

Pourquoi une cartographie sonore ?
La carte est un outil accessible au plus grand nombre et une représentation synthétique. En outre, les technologies actuelles permettent de la rendre interactive et de mêler différentes modalités de représentation (des images, des enregistrements sonores, du texte, etc.).

 

Pourquoi participative ?
Parce que les habitants, les usagers ou les visiteurs qui pratiquent le centre-ville de Strasbourg sont les plus aptes à témoigner de leur vécu sonore plus ou moins quotidien. Parce qu’impliquer tout un chacun permet aussi de les sensibiliser à la qualité sonore qui les entoure et au fait qu’ils sont les propres acteurs de leur environnement sonore quotidien.

Pourquoi du centre-ville de Strasbourg ?
À long terme, le projet pourrait s’étendre à d’autres territoires de la CUS. Toutefois, il semblait nécessaire pour impulser ce projet de commencer par un territoire pratiqué par le plus grand nombre, un endroit où confluent des populations très différentes.

L’objectif principal
Sensibiliser les habitants, les usagers, les touristes et promeneurs en tout genre à la qualité sonore du centre-ville de la capitale alsacienne, en les impliquant dans un projet participatif de cartographie sonore.

Les objectifs secondaires
Formaliser une carte « touristique » sonore du centre-ville de Strasbourg.
Révéler les aménités sonores d’un territoire telles qu’elles sont vécues et représentées par les habitants-usagers-visiteurs en créant un outil d’aide à la décision pour l’aménagement urbain.

Promenade sonore paysagère nocturne

Maisons des Rochers, Graufthal (67)

Le 6 avril 2012 à 20h00

 

 

Les musicacouphonologiciens du Pince Oreille ont renouvelé l’expérience de la promenade sonore paysagère au Graufthal. Cette fois-ci, les promeneurs étaient guidés à travers la forêt et immergés dans la bulle acoustique des souvenirs nocturnes de la Felsekaeth, souvenirs consignés pendant 30 ans dans son incroyable journal sonore !

 

Promenades sonores paysagères
Maisons des Rocher, Graufthal (67)

Le 3 juillet 2011 à 14h et 15h

 

 

Deux promenades sonores paysagères guidées ont été organisées au cœur du Parc Naturel Régional des Vosges du Nord dans le cadre de l’Amuse Musées, afin de découvrir par l’écoute le riche patrimoine sonore et paysager du site de Graufthal, autour de sa Maison des rochers.
Lors de la première visite de l’équipe de musicacouphonologiciens du Pince Oreille dans la Maison des Rochers, ils ont trouvé, niché dans une cavité rocheuse de la maison troglodytique de Catherine Ottermann (la Felsekaeth) son journal sonore. Les 30 années de souvenirs acoustiques qui y sont consignés ont inspiré la promenade les yeux bandés proposée par le Pince Oreille sur le site de Graufthal.

Parcours les yeux bandés et échanges sur la mobilité des aveugles et malvoyants

(dans le cadre de la Semaine du son)
Le mercredi 26 janvier 2011 à 14h

Place Kléber, Strasbourg 

 

 

En collaboration avec le GIAA (Groupement des Intellectuels Aveugles ou Amblyopes) d’Alsace
Une expérience à faire : un parcours les yeux bandés dans le centre-ville de Strasbourg, accompagné d’un voyant et d’un aveugle « audio-guide ».
Les objectifs sont à la fois de procurer aux participants une expérience auditive esthétique, sorte d’écoute attentive et en mouvement de la musique urbaine, mais aussi de leur permettre d’aborder concrètement la mobilité des aveugles en ville.
Les parcours seront suivis d’échanges autour d’un verre au siège du GIAA, rue de Mulhouse au Neudorf.
Cet atelier a été programmé dans le cadre de la Semaine du Son à Strasbourg en janvier 2011.

 

Palimpsons

Ateliers réalisés en périscolaire dans les écoles Karine, Jacqueline et Catherine à Hautepierre (Strasbourg)


Il s’agit d’amener un groupe d’enfants de cycle III à travailler sur l’ « identité sonore » de leur quartier par le biais de l’expérimentation de l’écoute en contexte, de la création et de la manipulation d’objets sonores : réfléchir aux sons qui participent à l’identité de leur quartier, les sons de leur enfance, les sons du passé, du présent et ceux qu’ils pourraient imaginer pour l’avenir. Notre objectif est de valoriser la créativité de chacun pour développer une pratique artistique et musicale, et d’en faire un projet collectif et intégré à l’environnement quotidien des enfants.
Chaque atelier a donné lieu à la réalisation d’un CD, trace sonore du travail de groupe effectué sur un trimestre.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now